L’ODD 12 fixe pour objectif un monde où la consommation et la production sont plus durables. Cet Objectif de Développement Durable 12 nous rappelle que si nos besoins sont infinis, les ressources de la planète, elles sont finies. Or, aujourd’hui nos besoins ne cessent de croître, tout comme la population humaine. Ainsi, on estime que si la population mondiale atteint les 9,6 milliards de personnes d’ici à 2050, il faudrait près de trois planètes pour fournir les ressources nécessaires pour mener notre mode de vie actuel. Un changement des comportements est donc nécessaire, aussi bien du côté des consommateurs que des entreprises. 


ODD 12 : Où peut-on agir ?

ODD 12 : Où peut-on agir ? 

Manger responsable et réduire le gaspillage alimentaire  

Le secteur alimentaire représente aujourd’hui 30% de la consommation énergétique mondiale, selon l’ONU. Cela équivaut à 22% des émissions de gaz à effet de serre.

Pour réduire l’impact du secteur alimentaire, il est nécessaire de repenser les modes de production. De fait, c’est la phase de production qui a le plus gros impact environnemental. Or, si nous continuons ainsi les ressources naturelles vont se faire de plus en plus rares.

Plus grave, la dégradation des sols, le déclin de leur fertilité, l’utilisation excessive de l’eau, la surpêche et la détérioration des fonds non seulement amenuisent les ressources naturelles, mais surtout réduisent leurs capacités à produire des aliments.

Parallèlement, il est nécessaire de réduire le gaspillage alimentaire. Selon l’ONU, en 2017, 20% de la production alimentaire était gaspillée. Cela correspond à près d’un milliard de tonnes de nourriture qui finit par se décomposer dans les poubelles des consommateurs ou des détaillants ou qui sont jetées avant même d’atteindre nos étales.

Ainsi, en lien avec l’ODD 2 (« Faime zéro »), l’ODD 12 a pour cible 12.3 de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030. Pour cela, il est nécessaire de changer nos modes de consommation. Une action toute simple consiste à faire les menus pour la semaine pour n’acheter que le nécessaire. Les entreprises ont aussi un rôle important pour réduire le gaspillage. Il s’agit de trouver des solutions pour réduire les pertes de produits alimentaires tout au long de la chaîne de production et d’approvisionnement.

Consommation et production durables : réduire ses déchets    

Réduire le gaspillage alimentaire est un premier pas pour réduire ses déchets. Mais l’ODD 12 nous invite à aller plus loin.

Ainsi, la cible 12.5 de l’ODD 12 veut « d’ici à 2030, réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation ».

Encore une fois, les consommateurs tout comme les entreprises ont leur rôle à jouer. En accord avec l’ODD 12, les consommateurs peuvent réduire leurs déchets en diminuant leur consommation de plastique, l’un des principaux polluants trouvés dans l’océan. De fait, ce sont plus de 260 000 tonnes de déchets plastiques qui flottent aujourd’hui sur les océans.

La loi française a évolué ici dans le bon sens. Depuis janvier 2021, les produits en plastique à usage unique sont interdits.

Dans la même logique, les industries peuvent repenser leur système de production pour réduire les déchets dangereux et chimiques qui menacent les écosystèmes. Aussi, chaque entreprise est invitée à repenser ses produits, notamment leurs packagings. Parmi les possibilités qui s’offrent ici aux entreprises, l’économie circulaire est l’un des moyens de réduire les déchets engendrés par leurs produits.

L’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité au service de l’ODD 12   

L’ODD 12 fixe pour cible la préservation des ressources naturelles (cible 12.2). Pour atteindre cet Objectif de l’ONU, il est nécessaire de sortir du modèle du tout jetable. C’est le principe même de l’économie circulaire. 

Par son principe, l’économie circulaire permet de repenser une consommation et une production durable. En plus d’être écologique, le secteur de l’économie circulaire est créateur de nouveaux emplois. Ainsi, dans le cadre du Green Deal, l’Europe espère créer 700 000 nouveaux emplois dans le secteur d’ici 2030. 

L’économie circulaire est finalement un modèle qui s’appuie sur les trois piliers du développement durable : l’écologie, le social et l’économie. 

Parallèlement à l’économie circulaire, l’économie de fonctionnalité offre aussi de nouvelles perspectives en termes de consommation et production responsable. Il s’agit ici non plus de vendre des produits, mais de vendre l’usage. En louant une voiture plutôt qu’en achetant son véhicule, le consommateur réduit la consommation de ressources naturelles associée à la production des voitures et ainsi participe à l’ODD 12.  

Par ailleurs, l’économie de la fonctionnalité est un atout pour les entreprises. En effet, elle permet de créer des relations clients plus pérennes, tout en sortant de la démarche d’obsolescence programmée et en découplant la création de valeur pour le consommateur et la production de déchets. 

Pour une formation et information environnementale   

Le développement de nouveaux secteurs comme celui de l’économie circulaire est une bonne chose. Toutefois, pour que les secteurs durables réussissent, il est nécessaire que la population ait accès à une bonne information. 

Ainsi la cible 12.8 de l’ODD 12 porte sur la formation et l’information environnementale. « D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les personnes, partout dans le monde, aient les informations et connaissances nécessaires au développement durable et à un style de vie en harmonie avec la nature ». 

Ici, l’Etat a un rôle fondamental à jouer, en lien avec l’ODD 5 et la formation. Il s’agit ici de développer les connaissances des citoyens dès le plus jeune âge et d’attiser leur curiosité à chercher plus d’informations. 

Les entreprises ont aussi une place importante. De fait, pour lutter contre la désinformation, il est nécessaire que les marques mettent en place une communication responsable qui sensibilise les consommateurs. Il s’agit ici de communiquer de façon transparente sur l’offre pour inciter chacun à faire des choix éclairés. 

ODD 12 : De la nécessité du tourisme durable    

La cible 12.b tire un lien étroit entre consommation et production responsable et tourisme durable. De fait, selon l’ADEME, le tourisme a émis en 2018 en France 118 millions de tonnes de CO2. Cela représente l’empreinte carbone annuelle de 11 millions de Français 

Il est donc nécessaire de repenser le tourisme pour réduire son impact environnemental. L’Agence de la Transition écologique dans son rapport de 2021 a identifié trois axes majeurs d’actions : la sobriété, la diminution de l’intensité carbone par unité d’énergie et l’efficacité énergétique. 

Réduire sa consommation d’eau et d’énergie pour un monde plus durable     

Le tourisme n’est pas le seul à devoir atteindre l’efficacité et la sobriété énergétique. Chacun est invité plus globalement à réduire sa consommation d’énergie.  

Saviez-vous que, selon l’ONU, si les consommateurs du monde entier optaient pour des ampoules basse consommation, le monde économiserait 120 milliards de dollars par an ? 

L’eau est aussi une ressource rare. Aujourd’hui, plus d’1 milliard d’individus n’ont pas accès à l’eau potable. De plus, l’utilisation excessive contribue au stress hydrique qui touche de nombreuses régions. Chacun est donc invité à avoir une consommation des ressources naturelles plus responsables. Les processus de productions peuvent également être repensé pour nécessiter moins d’eau. 

Innover avec des produits et services responsables pour atteindre l’ODD 12  

Pour agir en faveur de l’ODD 12, il est nécessaire de proposer de nouveaux produits et services pour un monde plus durable. Les entreprises ont tout intérêt à investir dans ces nouveaux secteurs. En plus d’être une nécessité pour la planète, c’est une réelle opportunité pour les entreprises. Elles peuvent ainsi anticiper les nouvelles réglementations et les nouvelles demandes associées au dérèglement climatique. 


Notre engagement pour une consommation responsable chez HYDRAO

Notre engagement pour une consommation responsable chez HYDRAO  

Chez HYDRAO, nous sommes persuadés qu’il est nécessaire, dès aujourd’hui de réduire notre consommation d’eau. La préservation de l’eau potable doit commencer dès aujourd’hui et nous sommes tous responsables. Les consommateurs, les établissements de tourisme, mais aussi les collectivités et promoteurs immobiliers peuvent agir pour un monde plus responsable. 

Nous avons donc développé un pommeau de douche innovant et écologique qui sensibilise ludiquement au gaspillage. Les pommeaux HYDRAO changent de couleurs en fonction de la quantité d’eau consommée. Ce dispositif, ajouté à un débit économique, permet jusqu’à 70% d’économies d’eau chaude sanitaire. « Consommer moins, mais mieux », c’est l’un des principes fondateurs de l’ODD 12 et nous y croyons dur comme fer. 


Citéo, une entreprise au service de l’ODD 12

Citeo, une entreprise au service de l’ODD 12  

Comme pour chaque Objectif de Développement durable, nous tenons à présenter une entreprise qui agit chaque jour en faveur de l’ODD 12. Aujourd’hui, nous vous présentons Citeo. 

Citeo est une entreprise à mission qui a pour but d’accélérer l’économie circulaire et de réduire l’impact environnemental des emballages et des papiers graphiques. L’entreprise œuvre ainsi notamment en faveur de la cible 12.5 de l’ODD 12 pour la réduction des déchets. 

Pour cela, Citeo travaille avec de nombreux acteurs. Tout d’abord, elle accompagne les entreprises qui mettent sur le marché des emballages et des papiers dans leurs démarches d’écoconception. Le but est de réduire les emballages, de développer leur réemploi, d’améliorer leur recyclabilité ou pour ceux qui ne le sont pas encore, de les rendre recyclables. 

Par ailleurs, Citeo œuvre en étroite collaboration avec les collectivités locales pour optimiser les dispositifs de collectes et les rendre plus performants, particulièrement en ville. 

Citeo sensibilise aussi les citoyens à adopter les bons gestes de tri. En près de 30 ans, le tri est ainsi devenu le premier geste écocitoyen pratiqué en France. 

Citeo s’inscrit dans l’économie circulaire afin de réduire l’utilisation des ressources naturelles, favoriser le réemploi et le recyclage, des actions indispensables pour atteindre l’ODD 12. Ainsi, aujourd’hui 60,5% des papiers graphiques sont recyclés et ce chiffre s’élève à 68% pour les emballages ménagers. Une bonne avancée, qui ne doit pas s’arrêter là. Et pour cela, on fait confiance à l’expertise et la mobilisation des équipes de Citeo ! 

Vous connaissiez ? 

(Visité 31 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)